Intéressé?

Souhaitez-vous avoir accès à de l'information pertinente en sécurité au travail, environnement et médecine du travail ?
 



 


Avez-vous déjà mis la déconnexion au travail à l’agenda de votre CPPT ?

Actualités - 28/11/2018
-
Auteur(s): 
Rosalba Mendolia


Depuis le 9 avril 2018, les employeurs des entreprises soumises à la loi sur les conventions collectives de travail doivent, à intervalles réguliers, organiser une concertation au sein du CPPT à propos de la déconnexion au travail et l’utilisation de moyens digitaux.

Cette concertation est placée sous le signe du respect des temps de repos, des vacances annuelles et des autres congés des travailleurs et de la préservation de l’équilibre entre le travail et la vie privée.

L’employeur doit placer ce point à l’ordre du jour « à chaque fois que les représentants des travailleurs au sein du comité le demandent ».

Sur la base de cette concertation, le comité peut formuler des propositions et émettre des avis.

Voici quelques propositions de sujets à discuter : 
  • les sms et des e-mails envoyés en dehors des heures de travail :
    • sont-ils bloqués automatiquement (voir l’exemple chez Lidl), autorisés ou autorisés sous conditions ?
    • la réponse doit-elle être rapide (personnel de garde, permanences) ou peut-elle attendre le retour du travailleur à son poste de travail ?
  • l’utilisation de la messagerie instantanée (skype par ex.):
    • le travailleur peut-il se mettre en statut « Ne pas déranger » par exemple pour terminer la rédaction d’un rapport ?
    • à quel moment le travailleur doit-il être joignable et dans quels délais ?
Deux conseils supplémentaires : 
  • recommander à la hiérarchie d’utiliser le téléphone (ou de la messagerie instantanée) pour les communications qui nécessitent un feed-back rapide et non l'e-mail ; 
  • recommander que le travailleur indique clairement ses non-disponibilités (absences, réunion externes, formations …) dans son calendrier outlook et/ou dans la messagerie instantanée.
Les accords qui découlent de ces discussions peuvent être intégrés dans le règlement de travail ou faire l’objet d’une CCT.


Voir aussi sur sentral : 
Source:  Loi du 26 mars 2018 relative au renforcement de la croissance économique et de la cohésion sociale, M.B., 30 mars 2018 (art. 15-17 Loi croissance économique et cohésion sociale)