Intéressé?

Souhaitez-vous avoir accès à de l'information pertinente en sécurité au travail, environnement et médecine du travail ?
 



 


L’alerte « travail à domicile » en cas d’intempéries : fonctionnement

Actualités - 12/02/2019
-
Auteur(s): 
Anne Leen Stouffs


Avec le retour des conditions météorologiques hivernales, la question de l’alerte « travail à domicile » ressurgit. Tout est résumé sur le site internet du ministre de l’Emploi Kris Peeters. Car selon ce dernier, « en cas de conditions météorologiques hivernales, le travail à domicile est une solution qui permet d’éviter beaucoup de détresse économique et humaine ».

L’alerte « travail à domicile » trouve son origine légale dans la loi sur le travail faisable et maniable de mars 2017. Cette loi permet aux entreprises de s’accorder avec leur personnel sur le télétravail occasionnel. Concrètement, il est prévu que, lorsque l’IRM active le code orange ou rouge en cas de circonstances hivernales, l’alerte de télétravail est déclenchée. Dans ce cas, la procédure d’alerte travail à domicile, si elle est prévue dans l’entreprise, peut également être entamée automatiquement. L’alerte peut concerner l’ensemble du territoire belge, ou une seule ou plusieurs provinces ou régions. Le message indiquant que l’alerte travail à domicile est en vigueur est diffusé via les médias sociaux et les canaux de communication de l’autorité publique. L’IRM diffuse lui-même les informations relatives aux conditions climatiques sur ses propres canaux, comme son site web et l’application IRM.

Arrangements entre employeurs et travailleurs

Pour la réussite de l’alerte travail à domicile, il est essentiel que les employeurs et les travailleurs trouvent au préalable des arrangements appropriés. Le ministre Peeters invite les entreprises à mettre en place une procédure spécifique pour le télétravail occasionnel et à y intégrer la possibilité d’accorder le télétravail occasionnel lorsqu’en cas de circonstances hivernales, l’IRM active le code orange ou rouge. À cette fin, les employeurs peuvent adapter le règlement de travail ou conclure une CCT via la concertation sociale. En élaborant la procédure de télétravail occasionnel, les entreprises devront déterminer quelles fonctions sont ouvertes au télétravail et lesquelles ne le sont pas. Mais même pour ceux pour qui le travail à distance n’est pas une option, l’alerte travail à domicile est une bonne chose. Comme il y a moins d’embouteillages, ils arriveront plus facilement à destination.

Pour toutes les informations sur l’alerte travail à domicile, les entreprises peuvent consulter le site web du SPF Emploi.
 


Source:  Kris Peeters, Thuiswerkalarm bij winterse omstandigheden als KMI code oranje geeft en akkoord tussen werkgever en werknemer, 21 janvier 2019