Intéressé?

Souhaitez-vous avoir accès à de l'information pertinente en sécurité au travail, environnement et médecine du travail ?
 



 


Les masques buccaux protègent-ils vraiment contre la progression du coronavirus ?

Actualités - 26/02/2020
-
Auteur(s): 
Geert Van Cauwenberge


Le nombre d'infections et de décès augmente chaque jour. Malgré les divers efforts déployés par les gouvernements locaux et les institutions internationales, de nombreux citoyens s'inquiètent de l'impact de ce virus sur leur santé. L'environnement de travail est généralement un lieu où les gens s'assoient ensemble toute la journée et s'isoler n'est pas une option.

Il n'est donc pas surprenant que la demande de masques buccaux atteigne des sommets sans précédent. Mais les masques buccaux sont-ils suffisamment efficaces pour bloquer le virus ? De plus, les gens ont-ils des connaissances suffisantes sur ce dispositif de protection ? Nous allons énumérer une fois de plus les aspects les plus importants.

Quelles mesures de base pouvez-vous prendre pour vous protéger contre les virus ?
  • Évitez de toucher vos mains avec votre nez et votre bouche
  • Lavez-vous les mains régulièrement avec de l'eau et du savon
  • Désinfectez régulièrement vos mains avec de l'alcool désinfectant ou avec des lingettes
  • Utilisez des mouchoirs en papier pour vous moucher
  • Éternuez dans un mouchoir ou dans votre coude, jamais dans vos mains
  • Évitez les lieux où de nombreuses personnes sont rassemblées
  • Utilisez des masques buccaux
Quelle est l'utilité des masques ?

Presqu'aucune. Au mieux, les masques aident à lutter contre la pollution de l'air. En outre, les virus (et donc le coronavirus) peuvent également pénétrer dans l'organisme par les glandes lacrymales. Mais demander à tout le monde de porter des lunettes de protection serait difficile...

Néanmoins, un masque buccal peut présenter un avantage inattendu : grâce à ce masque, les gens se toucheront moins le visage, ce qui réduit le risque d'infection. Par contre, ces masques peuvent également donner un faux sentiment de sécurité, au détriment d'autres précautions.


(photo: Pexels)

Quels sont les types de masques existants ?

Afin de vous protéger le plus possible contre le coronavirus ou autres, il est essentiel que vous utilisiez le masque approprié. Concrètement, cela signifie que vous devez utiliser un masque à pores très fins, car c'est le moyen le plus efficace d'arrêter les virus.

Les masques portent le code FFP, qui signifie "Filtering Face Piece". Il existe trois catégories : FFP1, FFP2 et FFP3. Plus le nombre est élevé, meilleure est la protection :

  • un masque FFP1 a une efficacité d'au moins 80% contre les particules en suspension dans l'air ; la fuite latérale (autour du visage) ne doit pas dépasser 22% - ce masque est utilisé pour la protection contre le norovirus, entre autres.
  • un masque FFP2 a une efficacité de 94 %, avec une fuite latérale de seulement 8 % - ce masque est utilisé en cas de TBC, entre autres
  • un masque FFP3 offre la protection la plus élevée, avec une efficacité minimale allant jusqu'à 99 % et une fuite latérale de seulement 2 %.

Ces masques doivent être conformes à la directive européenne sur les équipements de protection individuelle et à la norme NBN-EN 149+A1.

L'inconvénient d'un masque FFP3 est qu'il rend la respiration considérablement plus difficile. Cela peut être évité en utilisant un masque avec une valve de purge, mais un tel masque n'offre pas une protection suffisante contre les virus en raison du risque de fuite de la valve.

Pour vous protéger contre les virus, vous devez utiliser au minimum un masque buccal FFP2. Dans le secteur de la santé, les masques FFP1 et FFP2 sont généralement utilisés. Pour le coronavirus, on utilise des masques FFP2 et FFP3, de préférence sans valve respiratoire.

Veuillez noter que l'utilisation de ce dispositif de protection est inutile si vous utilisez vos mains pour passer sous le masque, par exemple pour passer un appel téléphonique ou pour toucher votre visage. Le masque doit donc toujours rester pressé contre le visage.

Comment utiliser correctement un masque buccal ?


L'utilisation d'un type de masque buccal correct est déjà un pas dans la bonne direction, mais ce ne sera pas très utile si vous ne l'utilisez pas correctement. Quel devez-vous prendre en compte ?

  • Veillez toujours à ce que vos mains soient propres, éventuellement en les désinfectant d'abord avec de l'alcool ou du gel pour les mains.
  • Assurez-vous que le masque est bien ajusté sur votre visage.
  • Un masque ne restera pas en place avec des cheveux longs. Attachez-les.
  • Ouvrez le masque et pliez légèrement le pince-nez.
  • Tenez le masque dans une main et les élastiques dans l'autre.
  • Tenez le masque sous le menton et placez les élastiques sur le sommet de la tête.
  • Assurez-vous que le rabat sous le menton est correctement placé.
  • Placez l'élastique inférieur sous les oreilles. Les sangles ne se croisent pas.
  • Placez le haut du masque juste en dessous de l'arête du nez. C'est la partie molle du nez. Appuyez sur le masque avec les deux mains des deux côtés en même temps. Déplacez-vous de haut en bas. Si vous ne le faites pas correctement, une fissure apparaîtra rapidement.
  • Sentez si le masque est bien ajusté.Si vous suspectez une fuite, vérifiez par un test d'étanchéité : couvrez le masque avec vos mains, expirez vigoureusement avec un masque sans valve d'expiration et vérifiez ensuite qu'aucun air ne sort par les fissures.
Comment retirer le masque buccal ?

Le retrait d'un masque buccal doit également se faire selon les règles de l'art. Après avoir lavé ou désinfecté les mains, il est important de se pencher en avant, de saisir les deux élastiques avec deux mains pour le retirer. Il est très important de ne pas toucher le visage et le masque.

Le masque est à usage unique. Par conséquent, mettez-le à la poubelle après usage. Ne le laissez pas pendre sous le menton, ni traîner dans votre poche.

La panique face à l'émergence des coronavirus est-elle justifiée ?

Peut-être pas. L'agitation actuelle est principalement alimentée par le fait que le coronavirus est nouveau et qu'aucune immunité n'a encore été constituée. D'autre part, il est bon de prendre de la distance par rapport à la situation actuelle. Par exemple, aux États-Unis, une grippe ordinaire fait actuellement rage et que 10 000 personnes en sont déjà mortes. Cependant, ces chiffres ne sont pas publiés dans les médias.

De plus, le coronavirus est beaucoup moins mortel que le SRAS. Le taux de mortalité pour le SRAS était de 10 %, alors que pour le coronavirus, il est d'environ 2 %. Ce pourcentage va probablement même diminuer, car le nombre total d'infections n'est pas encore connu. Et que dire du virus Ebola, dont le taux de mortalité est de 50 à 90% ?

Le message est et reste donc : "Restez calme et lavez-vous les mains".

Plus d'informations sur senTRAL:
Coronavirus : quelles mesures au travail ?
 

Source:  Arbo online (en NL)