Intéressé?

Souhaitez-vous avoir accès à de l'information pertinente en sécurité au travail, environnement et médecine du travail ?
 



 


Gestion des travailleurs appartenant au groupe à risque en cas de complications liées au COVID-19

Actualités - 19/05/2020
-
Auteur(s): 
Pieter Van Wambeke – Médecin du travail - Mensura


Le service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale a publié une check-list sur la prévention du COVID-19. Ce document précise notamment que le COVID-19 constitue un risque professionnel sur le lieu de travail contre lequel l’employeur doit protéger ses travailleurs. Comme tous les autres risques professionnels, le risque lié au COVID-19 doit être évalué en collaboration avec les services interne et externe de prévention compétents. L’employeur doit se montrer particulièrement vigilant pour les travailleurs à la santé fragile (qui appartiennent au groupe à risque en cas de complications liées au COVID-19).

- Qui sont les personnes à risque en cas d’évolution grave du COVID-19 ?

Le COVID-19 est une nouvelle maladie, nous ne disposons que d’informations limitées. Sur la base des connaissances actuelles et de l’expérience clinique, les groupes à risque sont les personnes de plus de 65 ans et les personnes atteintes d’une pathologie chronique non maîtrisée.

- De quelles pathologies s’agit-il ?
  • pneumopathie chronique ou asthme modéré à sévère
  • troubles cardiaques chroniques
  • insuffisance rénale chronique (avec dialyse)
  • diabète
  • pathologies hépatiques
  • obésité morbide (IMC de 40 ou supérieur)
  • immunosuppression : due à la médication (corticothérapie au long cours, traitement immunosuppresseur), aux traitements contre le cancer, à une immunodéficience, à une transplantation d’organe, au tabagisme, aux infections chroniques
- Et les femmes enceintes ?

Rien n’indique qu’une infection au COVID-19 pendant la grossesse ait un effet négatif sur le fœtus, ni que le virus puisse lui être transmis ou que les femmes enceintes soient plus vulnérables face à cette infection. On dénombre d’ailleurs peu de femmes enceintes parmi les patients COVID-19 dont l’état est grave, ce qui est également rassurant.

- Quel est le rôle de l’employeur ?

L’employeur peut sensibiliser et informer ses travailleurs. Il peut aussi recommander aux personnes à risque de contacter leur médecin traitant et de lui demander s’il leur recommande de reprendre leur travail. L’employeur ne peut pas demander directement au travailleur s’il appartient au groupe à risque, cette information relève de la vie privée du travailleur.
Le médecin traitant est le mieux placé pour évaluer la gravité de la maladie et les mesures préventives nécessaires pour éviter une infection au COVID-19. Les recommandations écrites du médecin traitant peuvent ensuite être transmises au médecin du travail, qui établit un « formulaire d’évaluation de santé » reprenant ses recommandations et des suggestions d’adaptations du poste de travail (exemple : n’autoriser que le télétravail).
Si son employeur n’est pas en mesure de mettre ces recommandations en application, le travailleur malade demander une attestation de « quarantaine préventive » à son médecin traitant en vue de demander le chômage temporaire (avec mention du « coronavirus »).

- Que faire si votre partenaire possède un certificat de quarantaine préventive ?

Si le médecin traitant de votre partenaire l'estime nécessaire, il pourra prescrire une quarantaine préventive pour votre partenaire. Pour l'instant, il n'est pas encore clair si ce certificat peut être utilisé pour les autres membres de la famille. En attendant, si possible, vous pouvez télétravailler à domicile, de sorte que vous puissiez continuer à travailler et que votre employeur continue à vous verser votre salaire. Après tout, le télétravail reste la norme.

- Quelles sont les recommandations pour le personnel à risque ?
  • privilégier au maximum le télétravail
  • en cas de reprise progressive du travail par le personnel, ne faire revenir les travailleurs à risque qu’en dernier lieu
  • proposer un poste de travail adapté avec application très stricte de la distanciation sociale, de l’hygiène des mains et des comportements recommandés en cas de toux et d’éternuements
  • vérifier quels postes de travail impliquent un éventuel risque accru d’infection (contacts fréquents avec le public, entretien et nettoyage)
  • éviter les transports en commun
  • proposer une dispense temporaire de prestations
  • introduire une demande de chômage temporaire
Les présentes informations sont dépendantes de l’évolution de la pandémie de COVID-19 et sont donc susceptibles d’être modifiées fréquemment.


Sources :

https://www.riziv.fgov.be/fr/covid19/Pages/certificats-medicaux-changement-pendant-covid19.aspx