Intéressé?

Souhaitez-vous avoir accès à de l'information pertinente en sécurité au travail, environnement et médecine du travail ?
 



 


Mise à jour relative à la série de normes belges sur les systèmes d’alarme vocale

Actualités - 12/11/2020
-
Auteur(s): 
Walter Geerts


Un groupe de travail institué au sein de la Commission de normalisation belge NBN/CEN TC 72 « Détection incendie » travaille sur une série de normes d’installation pour systèmes d’alarme vocale. La première partie, la NBN S 21-111-1, qui traite des critères de sélection, a été publiée au Moniteur belge en 2017. Les parties NBN S 21-111-2 et NBN S 21-111-3 viennent d’y être publiées à leur tour.

La nécessité d’installer un système d’alarme vocale découle d’une analyse des risques et des besoins. Il fallait dès lors un fil conducteur pour les responsables de la sécurité et toutes les autres parties qui en sont chargées.

Un groupe de travail institué au sein de la Commission de normalisation belge NBN/CEN TC 72 « Détection incendie » travaille sur une série de nouvelles normes d’installation pour systèmes d’alarme vocale.

Désormais, les trois parties de la norme NBN S 21-111 ont toutes été publiées au Moniteur belge. Voici un petit point de la situation :

  • NBN S 21-111-1:2017 Systèmes de détection et d’alarmes incendie - Systèmes d’alarme vocale - Partie 1 : critères de sélection (publication au MB du 11 septembre 2017) ;
  • NBN S 21-111-2:2020 Systèmes de détection et d’alarmes incendie - Systèmes d’alarme vocale - Partie 2 : règles pour l’étude, la conception et le placement (publication au MB du 6 août 2020) ;
  • NBN S 21-111-3:2019 Systèmes de détection et d’alarmes incendie - Systèmes d’alarme vocale - Partie 3 : gestion, qualifications et compétences (publication au MB du 6 août 2020).

NBN S 21-111-1 : critères de sélection

Cette première partie de la norme comprend, pour les besoins de l’analyse des risques, une série de questions de base auxquelles il convient d’apporter une réponse. En fonction des réflexions et réponses suscitées par les questions proposées, il est possible, au moyen de l’organigramme prévu dans cette partie de la norme, de déterminer si un système d’alarme vocale sera mis en œuvre dans l’édifice (et aussi quel en sera le type). En l’occurrence, il s’agit avant tout :

  • du temps d’évacuation attendu du bâtiment, du nombre de personnes présentes… ;
  • du type de personnes présentes : autonomes ou non, vigilantes ou non, habituées à l’environnement ou non, personnes à mobilité réduite ou confrontées à des défis supplémentaires (malentendants…) ;
  • des données pertinentes relatives au bâtiment lui-même (configuration, voies d’évacuation, éventuelles autres mesures de protection active…) ;
  • d’informations concernant le zonage ;
  • de questions portant sur la ou les fonctions du système que l’on souhaite ;
  • de questions relatives à l’exploitation : profil de risque du site, éventuels risques spéciaux, par exemple dans les entreprises SEVESO ; et
  • de l’autonomie exigée de l’alimentation secondaire.

Cette partie de la norme invite également à réfléchir à la couverture souhaitée dans les différentes parties du bâtiment (couverture totale ou partielle, couverture des voies d’évacuation et couverture locale). Il est possible d’appliquer des types de couvertures différents aux différentes parties du bâtiment, en fonction des risques encourus.

Après un certain nombre d’années d’utilisation « sur le terrain », le marché et les utilisateurs de cette partie demandent d’approfondir et de concrétiser ces différentes questions de base de l’analyse des risques et des besoins. En attendant, on travaille donc à compléter/mettre à jour cette partie. Ce chantier devrait être achevé pour fin 2020/mi 2021.

NBN S 21-111-2 : règles pour l’étude, la conception et le placement (exigences techniques)

Cette deuxième partie, qui est également la plus volumineuse de la norme, détaille les exigences auxquelles le système audio de sécurité doit satisfaire.

À la base, un système d’alarme vocale doit satisfaire à trois exigences élémentaires :

  • il doit toujours être opérationnel ;
  • les messages doivent être intelligibles partout ; et
  • le système doit être autosurveillant.

En guise de quatrième exigence, on peut ajouter que le système audio doit être facile d’utilisation, ou plus spécifiquement, que tous les utilisateurs (y compris les éventuels services de sécurité externes surveillant l’entrée) doivent être formés à l’utilisation du système afin d’éviter aussi toute perte de temps sur ce point en cas d’urgence.

Les points suivants y sont abordés en détail :

  • les différents éléments devant au minimum composer un système d’alarme vocale ;
  • l’équipement dit central (la centrale du VACIE) ;
  • les exigences techniques et de produits auxquelles les divers composants doivent satisfaire (les normes de produits NBN EN 54-4, NBN EN 54-16 et NBN EN 54-24) ;
  • les dispositions précises relatives à la tension d’alimentation (tant primaire que secondaire) ;
  • les dispositions relatives aux haut-parleurs (manière de les placer, exigences en matière de pressions acoustiques...) ;
  • la structure des messages d’urgence et le niveau sonore requis pour les diffuser ;
  • le câblage et les exigences relatives au maintien de fonction (et à la manière d’y parvenir) en fonction des différentes techniques possibles (câblage A/B, technologie de boucle…). Les explications sont visuellement étayées par des schémas et exemples clairs (dans et hors du compartiment desservi par les haut-parleurs) ;
  • les contrôles et l’entretien.

Les trois exigences de base sont imbriquées dans les différentes étapes chronologiques du processus menant à la mise en œuvre d’un système d’alarme vocale, de l’étude du système à sa réalisation en passant par sa conception.

NBN S 21-111-3 : gestion, qualifications et compétences

Cette dernière partie spécifie quels acteurs sont autorisés et aptes à prendre en charge les différentes étapes de la réalisation d’un système d’alarme vocale, quelles qualifications et compétences ils doivent pouvoir présenter à cet effet et qui assume quelles responsabilités.

Une fois que le système d’alarme vocale a été installé dans les règles de l’art et qu’il a été objectivement constaté lors de la mise en service (et après le contrôle initial) que le système satisfait aux exigences techniques imposées dans la partie 2, il importe bien sûr aussi que le système conserve le même niveau de sécurité imposée tout au long de la période d’exploitation du bâtiment. Les tâches et responsabilités du gestionnaire ne peuvent donc pas être oubliées.

La troisième partie comprend également la « matrice documentaire » qui spécifie quelle partie est en charge de quels documents nécessaires et de quelle étape du processus.

Plus d’infos:

Systèmes d’alarme vocale : une nouvelle technologie d’évacuation et d’invacuation, échauffourées, alerte à la bombe…
Systèmes d’alarme vocale : définition et contexte
Systèmes d’alarme vocale : Série de normes NBN S 21-111 - application et choix
Systèmes d’alarme vocale : avantages
Systèmes d’alarme vocale : normes et réglementation
NBN S 21-111 Systèmes de détection et d’alarmes incendie - Systèmes d’alarmes vocales