Intéressé?

Souhaitez-vous avoir accès à de l'information pertinente en sécurité au travail, environnement et médecine du travail ?

Conseils et stratégies pour soutenir les employés fatigués

Actualités - 03/06/2021
-
Auteur(s): 
Michiel Sermeus


Comment gérer la fatigue, non seulement au travail mais aussi à la maison et dans la société ? De quelle manière pouvons-nous lutter contre ce phénomène, et quelles stratégies pouvons-nous employer pour y parvenir ?

Il va sans dire que la fatigue a un impact négatif sur le bien-être au travail. La fatigue peut être définie comme "la réaction de l'organisme à un manque de sommeil ou à une surcharge physique ou mentale prolongée". Nous avons examiné cette question dans un certain nombred'articles précédents.

Conclusion préliminaire : la fatigue est un problème qui concerne l'ensemble de la société. Une approche plus globale est nécessaire au travail, à la maison et au niveau social. Après tout, les causes de la fatigue et de l'épuisement nous arrivent de tous les côtés.


(photo: Unsplash-Tim Gouw)

Nous examinons ci-dessous quelques stratégies et conseils pratiques pour faire face au phénomène de la "fatigue" sur le lieu de travail.

1. Reconnaissance et ouverture à la discussion. La fatigue ne doit pas être un tabou, mais doit être reconnue comme un problème au travail, à la maison et dans la société pour lequel des solutions existent. En tant qu'employeur, cela ne peut pas faire de mal de reconnaître simplement que nous vivons dans un monde stressant où tout n'est pas prévisible (pensez à la crise de Corona). Communiquer clairement à ce sujet peut conduire à plus de paix et à moins de stress dans le corps et l'esprit.

2. Que signifie le repos pour moi ? Un bon remède contre la fatigue est le repos. Mais pour une personne, cela signifie un repos physique, tandis que d'autres ont besoin d'un repos mental. Chacun devrait essayer de trouver ce qui fonctionne le mieux pour lui ou, mieux encore, apprendre à sentir si son corps a besoin de repos physique ou mental. Outre l'aspect repos, il est de toute façon recommandé de prendre soin de soi. Puis nous parlons aussi de bonnes habitudes, comme une alimentation saine et un exercice physique suffisant.

3. Le sommeil et le sommeil c'est deux. Parfois, il n'y a pas de mal à revenir un instant à l'essentiel : ai-je un sommeil de bonne qualité ? Est-ce que je dors 7 à 9 heures par jour ? Est-ce que je m'endors assez facilement, et si ce n'est pas le cas : que puis-je faire pour y remédier ? Est-il utile et pratique pour moi de faire une sieste entre les deux ? C'est faire preuve de beaucoup de bon sens que de s'arrêter et de réfléchir à tout cela de temps en temps.

4. Pour les employeurs. Il peut être très utile d'établir un "plan de fatigue" détaillé. Elle peut inclure les questions suivantes :

  • Que puis-je faire contre la fatigue accrue sur le lieu de travail ?
  • Comment puis-je m'assurer que mon organisation continue à fonctionner ?
  • Comment puis-je répartir une charge de travail accrue entre moins de membres du personnel ?
  • Quels sont les travaux prioritaires et ceux qui ne le sont pas ? Une certaine flexibilité est-elle possible ici ?
  • Est-ce que je donne à mes employés suffisamment de possibilités de se reposer après le travail ? Est-ce que je contribue à assurer un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée ?
  • Existe-t-il des alternatives ou des solutions si un employé est trop fatigué pour travailler (en toute sécurité) ? Ne serait-il pas judicieux d'organiser le travail le plus dangereux (si possible) en début de poste ? Un travail physiquement et mentalement épuisant ne peut-il pas être effectué dans un poste plus court, ou dans un poste de jour ?

5. Pour les employeurs, les employés et tous les autres. Essayez de donner de l'espace à la fatigue et de ne pas la traiter comme un tabou. Pour rendre le phénomène plus ouvert à la discussion, on peut utiliser, par exemple, l'échelle de somnolence d'Epworth. Ce court questionnaire peut donner un meilleur aperçu de la fatigue sans en faire trop de cas.
Les employeurs doivent s'efforcer d'instaurer une culture du travail et de la sécurité dans laquelle les employés fatigués ne sont pas punis mais plutôt soutenus. Il faut du courage pour admettre que l'on est trop fatigué pour travailler en toute sécurité.

Les collègues ne doivent pas non plus avoir peur de parler de la fatigue. Cela peut se faire, par exemple, lors d'un tour de table au début de la journée de travail, où chacun dit comment il se sent et ce qu'il va faire ce jour-là. Une autre option est un système de compagnonnage, dans lequel vous êtes attentifs au bien-être de l'autre et pouvez vous appeler mutuellement pour signaler les signes de fatigue (bâillements, manque de concentration, incapacité à garder les yeux ouverts).

Tous ces conseils et stratégies peuvent être utilisés au travail, afin que la fatigue ne soit plus un sujet tabou et puisse être traitée humainement (dans tous les sens du terme).

Source :

CDC, “What Workers and Employers Can Do to Manage Workplace Fatigue during COVID-19”, 19 mei 2020

Travail de nuit et travail posté : quels sont les bons réflexes ?

Travail de nuit et travail posté : mes travailleurs sont-ils en souffrance (Check-list) ?