Intéressé?

Souhaitez-vous avoir accès à de l'information pertinente en sécurité au travail, environnement et médecine du travail ?

Question & réponse : mousse extinctrice fluorée

Actualités - 08/07/2021
-
Auteur(s): 
Capt. Stefaan Onraedt


Actuellement, des administrations locales cherchent non sans inquiétude à identifier les endroits où les pompiers s’exercent avec de la mousse d’extinction car ce produit contient des PFOS et d’autres liaisons fluorées. Les travaux de l’Oosterweel autour d’Anvers se sont invités dans les discussions politiques du parlement flamand en révélant l’existence, à Zwijndrecht, d’une grave pollution du sol aux PFOS. Mais « in tempore non suspecto », nous avions déjà reçu une question sur cette problématique via le chat de senTRAL. Capt. Stefaan Onraedt répond donc ci-dessous à quelques questions relatives aux risques et précautions à prendre lorsqu’on utilise de la mousse extinctrice.

On entend beaucoup parler de PFOS et de PFAS dans les médias pour l’instant ; quelques précisions s’imposent donc pour cerner la question :

• PFAS = substances per- et polyfluoroalkylées; ce sont des substances chimiques fabriquées par l’homme et que l’on ne rencontre pas naturellement dans l’environnement.
• PFOS = sulfonates de perfluorooctane (aussi appelé SPFO), qui font également partie de la famille des PFAS.

Les PFAS et PFOS sont donc des substances chimiques qui n’existent pas naturellement dans le sol, l’eau ou l’air. Mais les liaisons fluorées sont depuis des années des composants majeurs et évidents des émulseurs anti-incendie et de nombreux autres produits comme les agents d’imprégnation, les dentifrices, etc. L’élément fluoré créait un film étanche de mousse extinctrice par-dessus le fluide en feu, permettant ainsi de le recouvrir et d’étouffer l’incendie.

Jusqu’il y a peu, on utilisait à cet effet des liaisons fluorées composées de chaînes moléculaires comportant au moins 8 atomes de carbone - d’où l’appellation « C8 » donnée à ces émulseurs anti-incendie. La production de ces mousses composées d’une liaison C8 - appelées « mousses PFOS » a cessé depuis une dizaine d’années. À l’époque, on avait déjà pris conscience qu’elles étaient très nocives pour l’environnement. Les producteurs sont alors passés à une mousse fluorée comportant une chaîne moléculaire de 6 atomes de carbone (« émulseur C6 »), laquelle était intrinsèquement moins néfaste pour l’environnement.

Pour éteindre certains types d'incendie, on continuera toujours à utiliser des agents moussants, tout simplement parce qu’ils permettent une extinction beaucoup plus rapide et efficace. Il est juste dommage qu'il n’existe pas encore de mousse extinctrice qui soit totalement inoffensive pour l’environnement. Mais il y a pire encore : une mousse sans fluor peut s’avérer beaucoup plus nocive pour le milieu ambiant qu'une mousse fluorée.

Il est souvent essentiel de limiter autant que possible les conséquences environnementales d’un incendie, et c’est précisément la raison pour laquelle il convient de se demander s’il est judicieux d’utiliser un émulseur pour combattre le feu.

Le gouvernement a demandé aux entreprises industrielles et à toutes les administrations communales de vérifier à quels endroits de la mousse d’extinction contenant des PFOS avait été régulièrement utilisée lors d’exercices ces dernières années. Il a également été demandé aux services de pompiers d’établir des listes d’incendies industriels pour l’extinction desquels de la mousse aux PFOS a été utilisée.

Question & réponse

La question de savoir si cela a un impact sur notre santé et notre environnement est donc tout à fait pertinente. Actuellement, les médias évoquent régulièrement les casernes de pompiers lorsqu’il est question d’éteindre des incendies de grande ampleur (dans l’industrie) à l’aide de mousses fluorées, mais aussi la pollution des terrains d’entraînement de ces mêmes casernes. Voici donc quelques questions sur ce thème et les réponses qui y sont apportées.

- Les PFOS et PFAS sont-ils nocifs ?

Oui, les PFOS, et par extension les PFAS, sont nocifs pour tout le monde parce que ces substances ne sont pas métabolisées par l’organisme. Ces éléments se lient préférentiellement aux protéines plutôt qu’aux graisses (comme le font d’autres contaminants). C’est ainsi que les PFAS s’accumulent dans le corps. Les scientifiques suspectent l’existence d’un lien avec différents effets délétères sur la santé.

- Les services d’incendie utilisent-ils toujours des mousses fluorées ?

Cela fait des années que les anciennes mousses fluorées au PFOS ne sont plus utilisées par les services d'incendie civils ; en revanche, elles le sont toujours, et en grandes quantités, pour combattre les incendies industriels.
Cela fait longtemps déjà que les pompiers civils sont passés aux mousses extinctrices dites « pauvres en fluor ». Le certificat joint à une mousse pauvre en fluor indique : « Ne contient ni PFOS, ni PFOA, ni liaisons fluorées d’une longueur de chaîne de 8 ou plus, ni triéthanolamine ». Cette mousse contient donc toujours du fluor, mais dans des chaînes de plus courte longueur (PFAS). Jusqu'à présent, les mousses PFAS ne sont pas interdites mais la question de leur impact sur l’homme et l’environnement se pose pour elles également.

- Certains sites industriels ou casernes sont-ils pollué(e)s ?

Le risque est bien réel. Jusqu’il y a dix ans, toutes les mousses d’extinction étaient fluorées et pouvaient contenir des PFOS et des PFAS. Lors de leurs exercices d’entraînement, les pompiers industriels comme civils n’utilisaient que des quantités très limitées de mousse, notamment parce qu’elle était très coûteuse et qu’il fallait donc gérer parcimonieusement sa consommation. Depuis quelques années, les entraînements s’effectuent avec une mousse d’exercice sans fluor. Il faudra donc recourir à des échantillonnages, des analyses de sols et des analyses d’eaux pour vérifier si les sites actuels sont pollués aux PFOS et/ou aux PFAS.

- Pourquoi les services d’incendie n’utilisent-ils pas une autre mousse ?

Au cours de la décennie écoulée, on a vu progressivement apparaître sur le marché de nouvelles mousses d’extinction pauvres en fluor ou n’en contenant pas du tout. Ces mousses ne sont pas encore aussi efficaces que leurs homologues fluorées mais elles sont de plus en plus souvent utilisées.
Cependant, l’industrie, en particulier, continuera à utiliser de la mousse fluorée. Pour les incendies de fluides de grande ampleur (incendies de cuves), cette mousse au fluor est actuellement la seule solution efficace pour combattre le feu. Le concentré émulsifiant qu’utilise la Protection civile ne peut plus servir qu’à l’extinction des incendies de réservoirs - mais plus pour les autres types d’incendie.

- Comment les PFAS/PFOS se dispersent-ils ?

Les PFAS/PFOS se dispersent dans l’environnement via les canaux suivants :
• la mousse d’extinction répandue sur un terrain non recouvert d’un revêtement en dur aboutit dans les eaux souterraines via le sol (lixiviation) et peut ensuite se diffuser plus loin via la nappe phréatique
• les particules de mousse se dispersent par voie aérienne jusqu’à couvrir une zone (non revêtue en dur) plus vaste et peuvent ainsi aboutir dans le sol et les eaux de surface lorsqu’elles se déposent
• les boues polluées des stations d’épuration sont évacuées, ce qui entraîne un risque de dispersion de la pollution
• un sol pollué peut être dispersé en cas de travaux d’excavation et de terrassement (non contrôlés)
• le déversement d’eaux souterraines pompées peut entraîner une dispersion de la pollution

PFAS : risque émergent pour l’Europe