Une question? Une suggestion?

Je veux poser une question ou proposer une suggestion.

Intéressé?

Souhaitez-vous avoir accès à de l'information pertinente en sécurité au travail, environnement et médecine du travail ?

Prix de l’énergie en hausse : situation exceptionnelle ou nouvelle normalité ?

Actualités - 07/12/2021
-
Auteur(s): 
Bram De Botselier


Le 2 décembre, les ministres européens de l’Énergie se sont à nouveau réunis pour discuter des prix élevés de l’énergie. Beaucoup se préoccupent de l’impact de ces prix élevés sur les ménages et les PME, et certains États membres y voient une occasion de se montrer critique à l’égard des plans européens pour le climat. Quel est le lien entre les prix de l’énergie en hausse et la politique climatique européenne ?

Impact du SEQE-UE

L’augmentation actuelle des prix de l’énergie coïncide avec une forte augmentation du prix des droits d’émissions que les producteurs d’électricité doivent payer dans le cadre du système d’échange de quotas d’émissions de l’UE (SEQE-UE). Ce prix est passé d’environ 30 euros par tonne de CO2 au début de cette année à un niveau record d’environ 80 euros actuellement. Cette augmentation anticipe partiellement le durcissement de la politique climatique européenne. Mais les prix de l’énergie dépendent avant tout du prix de production et de toutes sortes de taxes et d’accises. Une étude européenne a conclu que le prix des droits d’émissions représente uniquement une petite partie des prix de l’énergie, et que cela ne peut pas expliquer l’augmentation de la facture énergétique.

Demande d’énergie en hausse

Les prix de l’énergie plus élevés peuvent s’expliquer par le redressement économique à l’échelle mondiale, après les confinements et l’assouplissement des mesures de lutte contre la pandémie de coronavirus, qui a débouché sur une demande d’énergie plus élevée surtout dans les pays émergents en Asie. En raison notamment de travaux de maintenance inattendus dans quelques installations norvégiennes, l’offre ne peut pas suivre la demande, ce qui a fait grimper les prix de l’énergie. Selon les prévisions, les prix se stabiliseront au printemps de l’année prochaine grâce à une offre norvégienne plus importante et un climat plus chaud en Europe.

Plans européens pour le climat : problème ou solution ?

Néanmoins, il ne fait aucun doute que les carburants fossiles seront plus onéreux à l’avenir. En juillet 2021, la Commission européenne a lancé une grande réforme du cadre de sa politique énergétique et climatique. Ce paquet législatif Fit for 55 (ajustement à l’objectif 55) doit adapter le cadre de la politique au nouvel objectif climatique européen d’une réduction nette de 55 % des émissions d’ici 2030, par rapport à 1990. La Commission européenne a estimé que ces propositions mèneraient en Belgique à une augmentation des prix à la consommation pour le mazout (26 %) et le gaz naturel (20 %) (certes par rapport aux prix du printemps 2021). Les prix du diesel et de l’essence augmenteraient également d’environ 10 % en raison des nouvelles initiatives.

Ces initiatives visent à diminuer progressivement l’utilisation de carburants fossiles, qui est encore souvent encouragée par des subsides (in)directs. Il faut en même temps passer à l’électricité durable ou, quand ce n’est pas possible, à des vecteurs énergétiques alternatifs comme l’hydrogène vert.
Pour combattre l’impact de ces augmentations de prix, la Commission européenne a misé sur des mesures relatives à des économies d’énergie dans le plan Fit for 55. L’objectif visé est une meilleure efficacité énergétique qui débouchera sur une moins grande dépendance aux carburants fossiles, et un impact plus limité des prix de l’énergie plus élevés.

Qu’en est-il de l’avenir ?

Ces initiatives européennes seront encore débattues. Le moment de leur entrée en vigueur et la forme qu’elles prendront ne sont pas encore définis. Toutefois, l’orientation générale est déjà claire.
Les prix de l’énergie onéreux sont en d’autres termes un phénomène qui se stabilisera à court terme, mais nous laissent entrevoir l’évolution de la situation à long terme. Les entreprises ont tout intérêt à en tenir compte lorsqu’elles prendront des décisions en matière d’investissements.

https://www.consilium.europa.eu/fr/meetings/tte/2021/12/02/