Une question? Une suggestion?

Je veux poser une question ou proposer une suggestion.

Intéressé?

Souhaitez-vous avoir accès à de l'information pertinente en sécurité au travail, environnement et médecine du travail ?

Quel sera l’impact de l’économie circulaire sur la santé et la sécurité au travail ?

Actualités - 27/01/2022
-
Auteur(s): 
Geert Van Cauwenberge


Dans son Pacte vert, l’Union européenne incite ses États membres à atteindre la neutralité climatique d’ici 2050. L’une des pierres angulaires de cette initiative est le nouveau « Plan d’action pour une économie circulaire ». « Boucler la boucle » pour limiter autant que possible la consommation européenne de matières premières aura de nombreuses implications notables sur le plan politique et réglementaire, qui affecteront les emplois futurs de différentes manières et pourront également avoir un impact sur la sécurité et la santé des travailleurs.

L’EU-OSHA a publié une nouvelle étude qui analyse, au moyen de quatre scénarios, l’impact que l’introduction d’une économie circulaire pourrait avoir sur la sécurité et la santé au travail. Ces scénarios servent non seulement de base pour la poursuite de l’étude et du dialogue, mais ils présentent également des alternatives durables pour l’utilisation de matières premières et de matériaux rares.

L’économie circulaire en Europe en 2040 : quatre scénarios

Scénario 1 : « Les Roaring Forties » - entièrement circulaires et inclusives
En 2040, les produits qui se vendront le mieux seront les produits « cradle to cradle » (du berceau au berceau), ainsi que les produits qui ont un impact positif net en matière de durabilité sociale
et environnementale.

Scénario 2 : La neutralité carbone, avec tous les risques qu’elle comporte
En 2040, l’Europe aura atteint la neutralité carbone. Cependant, la priorité absolue aura été accordée aux résultats environnementaux, au détriment malheureusement de conditions de travail sûres et saines.

Scénario 3 : Garder la tête hors de l’eau en pleines crises économique et environnementale
En 2040, les gens voudront travailler. Ce sera la priorité absolue. L’environnement, les droits sociaux et la qualité de l’emploi passeront en second plan.

Scénario 4 : Circularité régionale dans une Europe fragmentée
En 2040, le travail sera devenu un système à deux niveaux : les travailleurs sous contrat de travail fixe bénéficieront de bonnes conditions (de travail), contrairement aux travailleurs temporaires. Le souci environnemental sera fragmenté et la société mettra en place une circularité régionale.

Implications transversales pour la santé et la sécurité au travail

Chaque scénario présente des opportunités et des défis différents pour garantir un lieu de travail sûr et sain. Cependant, certaines implications se retrouvent dans tous les scénarios, bien qu’à des degrés divers :
  • une approche régionale des chaînes d’approvisionnement : que les chaînes d’approvisionnement soient raccourcies en raison de la volonté de réduire l’empreinte écologique ou de la fragmentation économique, la régionalisation accrue de l’approvisionnement et de la production offre la possibilité d’améliorer les trajets de production « cradle-to-cradle » et d’imposer des normes de sécurité plus strictes ;
  • l’intégration de la santé et de la sécurité au travail dans la législation : jusqu’à présent, les questions relevant de la sécurité et la santé au travail n’ont pas joué un rôle majeur dans la législation européenne sur l’économie circulaire ou l’environnement. Les initiatives visant à améliorer l’intégration de ces matières dans tous les scénarios sont donc très intéressantes ;
  • les nouvelles technologies : les nouvelles technologies (des biotechnologies aux nanomatériaux) utilisées lors de l’entretien des machines, et en particulier lors du recyclage des produits et matériaux, peuvent présenter de nouveaux risques. L’examen minutieux et la minimisation de ces risques constituent un défi évident pour les conseillers en prévention et le degré de difficulté de ces tâches varie en fonction du scénario ;
  • les économies collaboratives : toute forme d’économie des « petits boulots » comportera un certain nombre de risques pour la sécurité physique et la santé des travailleurs, ainsi que des risques psychosociaux liés au travail individuel, à l’isolement social qui en résulte (notamment du fait de l’augmentation du télétravail), aux mécanismes de supervision par intelligence artificielle et à la pression pesant sur les travailleurs isolés ;
  • l’automatisation, la numérisation, l’intelligence artificielle et la robotique : les avancées technologiques et organisationnelles sont une arme à double tranchant. S’il est probable que les risques liés au travail dans des environnements dangereux ou physiquement difficiles seront réduits, ces changements s’accompagneront de nouveaux dangers émergents (qui seront de plus en plus répandus) résultant de l’interaction entre l’homme et le robot, ainsi que d’une augmentation du stress lié à une supervision et à des exigences de rendement accrues ;
  • le télétravail : dans chacun des quatre scénarios, le travail lié à l’économie circulaire devient plus mobile et plus flexible, ce qui pourrait compliquer la supervision et le transfert de connaissances en matière de santé et de sécurité au travail et accroître le risque de problèmes psychosociaux ;
  • le « reskilling » : le « reskilling » (reconversion), l’« upskilling » (perfectionnement des compétences) et la formation permanente seront de plus en plus nécessaires pour informer correctement les travailleurs des risques potentiels en matière de sécurité et de santé dans l’économie circulaire.
L’économie circulaire et ses effets sur la SST