Question sur le fonctionnement
Autre(s) question(s)

Intéressé?

Souhaitez-vous avoir accès à de l'information pertinente en sécurité au travail, environnement et médecine du travail ?

Les médecins du travail néerlandais tirent la sonnette d’alarme : la pénurie de personnel augmente le risque d’absentéisme de longue durée pour surmenage parmi les travailleurs

Actualités - 10/08/2022
-
Auteur(s): 
Edelhart Kempeneers - Attentia


L’association professionnelle des médecins du travail aux Pays-Bas (NVAB) avertit qu’il faut agir rapidement pour éviter que de nombreux travailleurs soient absents pour surmenage d’ici la fin de l’année. En raison du manque de personnel, les collaborateurs doivent travailler autant, voire plus, avec moins d’effectifs.

En juin dernier, les chiffres de l’institut néerlandais de statistique (CBS) montraient déjà que les absences pour maladie avaient atteint un niveau record aux Pays-Bas au cours des trois premiers mois de l’année. Au premier trimestre de cette année, elles ont atteint 6,3 %, soit le taux le plus élevé jamais enregistré. C’est également la première fois qu’un taux d’absentéisme de plus de 10 % a été observé au sein d’un secteur ou d’une branche. Dans le domaine des soins de santé, un taux d’absentéisme de 10,4 % a été enregistré dans les soins infirmiers, les soins et les soins à domicile. Un an plus tôt, ce taux était encore de 8,6 %. Ces pourcentages reflétaient toutefois toutes les absences pour maladie et pas seulement les problèmes de surmenage. Au cours de cette période, il y a également eu une vague d’infections au coronavirus.

L’association professionnelle elle-même ne dispose pas de chiffres précis, mais dans les cabinets de consultation, les médecins du travail perçoivent les signaux d’alarme. Ils constatent que les problèmes se présentent surtout dans le secteur des soins, mais aussi de plus en plus fréquemment dans d’autres secteurs, tels que la construction et l’horeca. La charge de travail, mais aussi d’autres facteurs, entre autres des traits de caractère comme le perfectionnisme et la situation familiale, jouent souvent un rôle dans le cadre du surmenage.

Une détection et un traitement plus rapides des problèmes de santé mentale ne sont pas seulement bénéfiques pour les travailleurs, mais aussi pour les entreprises. Il faut savoir qu’un travailleur malade coûte en moyenne 400 euros par jour.

Il n’existe pas de solution unique pour réduire l’absentéisme. Les entreprises qui obtiennent de meilleurs résultats que la norme ont souvent pris des mesures spécifiques : les travailleurs font l’objet d’une grande attention, de nombreux entretiens sont organisés et les managers ont suivi une formation adéquate. Il peut également être utile que les personnes concernées consultent le médecin du travail plus tôt, avant que le problème devienne trop grave. Enfin, les employeurs pourraient choisir de ne plus proposer certains services afin d’alléger la charge de travail.

Plus d'information sur senTRAL :

Réintégration des travailleurs en incapacité de travail

Sources (NL) :