Question sur le fonctionnement
Autre(s) question(s)

Intéressé?

Souhaitez-vous avoir accès à de l'information pertinente en sécurité au travail, environnement et médecine du travail ?

Une vis intelligente pour éviter les accidents

Actualités - 21/09/2022
-
Auteur(s): 
Geert Van Cauwenberge


Les contrôles techniques de sécurité peuvent souvent se révéler coûteux et sont parfois quelque peu négligés. L’utilisation de raccords à vis peut être déterminante. En Allemagne, des chercheurs ont donc inventé une « vis intelligente ».

Les vis sont faites pour être serrées. Toutefois, sous l’influence des changements de température ou des vibrations, elles sont susceptibles de se desserrer.

En pratique, la stabilité des raccords à vis fait régulièrement l’objet de contrôles, notamment pour les raccords vitaux, notamment dans les avions, les trains ou les ascenseurs.

Ces contrôles manuels nécessitent cependant beaucoup de temps et d’heures de travail. Des chercheurs allemands ont mis au point une vis « intelligente » qui permet aux techniciens de vérifier à tout moment et à distance la stabilité d’un raccord à vis. Ces vis peuvent être utilisées dans les grues, les échafaudages, les ponts ou les éoliennes, par exemple.

Capteurs

Comment cette solution fonctionne-t-elle ? La vis intelligente comprend une rondelle équipée de trois capteurs sensibles à la pression. Lorsque la vis détecte une perte de tension, un signal est envoyé à une station de base par une communication radio. Cette station peut se trouver aux alentours du lieu de travail ou être éloignée de plusieurs centaines de mètres, voire à des kilomètres, de la vis. Une station de base peut servir à surveiller plus de 100 000 capteurs simultanément.

La vis est auto-alimentée en énergie. Pour ce faire, un générateur thermoélectrique situé à l’intérieur de la vis produit de l’électricité à l’aide des infimes différences de température entre la tête de la vis et l’environnement.

Plus d'information sur senTRAL :

Equipements de travail : comment gérer les principaux risques ?

Source :

Eos